Depuis le 3e tour, nous nous rendons sur les terrains de Coupe de France afin d’y suivre des aventures et rencontrer des destins atypiques. Ronchin, Bondues et désormais Hazebrouck qui évolue en Régional 1, la coupe nationale avance à grands pas, à seulement un tour désormais de la phase nationale et de l’entrée en lice des équipes de Ligue 2. Le SCH (non pas le rappeur, mais l’équipe) affrontait l’ASSB Oignies, qui est seulement une division en dessous des locaux, mais la coupe a souvent l’habitude de rebattre les cartes…

La genèse hazebrouckoise

Précédemment, nous nous étions rendus à Bondues, formation née d’une fusion de deux équipes, mais qui était de facto très récent. Ici, le SC Hazebrouck est un des clubs les plus anciens de la région, car créé en 1907. Dissout lors de la Première Guerre Mondiale, un groupe de dirigeants le relance sous le nom d’Union Sportive Hazebrouckoise. C’est dans les années 1920 que la figure d’Auguste Damette apparaît, en tant que joueur et capitaine, lui qui a donné son nom au stade actuel du SCH. Il fut également résistant lors de la Deuxième Guerre Mondiale et maire de la ville, puis député du Nord. Le 11 janvier 1924, l’USH est inscrite à la Ligue du Nord et à la Fédération Française de Football. Six ans plus tard, l’équipe retrouve son nom d’origine qu’elle adopte définitivement, ainsi que les couleurs blanc et noir. En 1931, le club se garnit de son premier titre de champion en quatrième division et se hissera jusqu’en Division d’Honneur de la Ligue du Nord, la plus haute. La guerre n’empêche pas Hazebrouck de pratiquer le football, pas de fait marquant jusqu’en 1968 avec le sacre en Coupe des Flandres face à Oignies (3-0), beau hasard !
Il s’agit d’une ligne « hors-club » mais en 1971, le stade Damette a accueilli la première rencontre internationale officielle de l’équipe de France féminine face aux Pays-Bas, le tout devant 1500 spectateurs. Deux ans plus tard, le club évolue en D2 et affronte des clubs comme Dunkerque, le voisin, ou encore Poitiers. On y trouvera des joueurs tels que Pierre Mankowski, Alex Dupont, Jean-Marc Nobilo ou encore Bruno Metsu, bien connus du football français en tant que joueurs, mais aussi entraîneurs. Après cinq ans à ce rang, Hazebrouck descend en D3 et s’ensuivra une période neutre, sans réelles surprises. Direction l’année 2004 avec un petit clin d’œil aux jeunes de -18 ans du club qui atteignent les 1/32 de finale de la Coupe Gambardella, en tombant avec les honneurs contre Guingamp (0-5). Côté équipe première, le club accède en CFA 2 (actuel N3) et y restera quelques années, en frôlant même le CFA.

Le SCH est en difficulté au début des années 2010, entraînant démissions et chute vertigineuse en DHR. Frédéric Persoon est nommé entraîneur, il est d’ailleurs toujours en activité. Petit-à-petit, Hazebrouck se reconstruit et retrouve le niveau DH, 2016 sera même le signe d’un 8e tour de Coupe de France. Le club fête ses 110 ans l’année suivante et verra deux ans plus tard ses jeunes pousses rallier les 1/16 de finale de la Coupe Gambardella, historique pour le SCH. Déjà président de 2005 à 2012, Régis Mahieu reprend les rênes d’Hazebrouck en septembre 2020, comme quoi ce club est attachant et ses valeurs familiales respectées. L’équipe est actuellement avant-dernière de sa poule de Régional 1 avec deux points glanés en 4 matchs, affaire à suivre.

Malmené, Hazebrouck résiste et conclut en beauté

« La Coupe de France, ce sont des matchs couperets, des matchs toujours difficiles » déclarait l’entraîneur Frédéric Persoon après la qualification de ses hommes pour le 6e tour. Difficile, cette rencontre l’a été pour le SCH. Opposés à une vaillante équipe d’Oignies qu’ils surplombent pourtant d’une division, les Noir et Blanc ont tremblé, mais sont parvenus à garder leur but inviolé et à remporter le match. Sur la feuille de la rencontre, quelques-uns des 11 titulaires hazebrouckois se distinguent par leur parcours. Adrien Desruelle, attaquant, a notamment passé neuf saisons au centre de formation du RC Lens, avant de retrouver le SC Hazebrouck où il avait débuté le football. Morgan Vancauwenberge, milieu de terrain, a quant à lui évolué pendant dix ans sous la tunique du LOSC et y a notamment été capitaine des U19 Nationaux. Sur le terrain, le match démarre sur un rythme soutenu et Hazebrouck ouvre rapidement le score. À la 9e minute, Nordine Elaarrassi profite d’une erreur de la défense adverse pour envoyer une belle frappe au fond des filets. Mais après une première demi-heure satisfaisante, la sérénité des Hazebrouckois s’effrite. En fin de première période, Oignies obtient même un coup franc indirect dans les six-mètres des locaux, contraignant les hommes de Frédéric Persoon à former un mur sur leur ligne de but, salvateur.
Après la pause, Hazebrouck peine à imposer son rythme et subit les assauts de plus en plus soutenus de son adversaire du jour. Il faut attendre la 90e minute et de longs arrêts de jeu pour voir les locaux entériner leur succès grâce à Morgan Dervaux, entré en cours de match, qui transforme un penalty à quelques instants du terme. L’essentiel est assuré : Hazebrouck poursuit sur sa lancée et file au 6e tour de la Coupe. Une grande satisfaction pour l’entraîneur qui entame sa dixième saison sur le banc du club : « La Coupe de France, c’est important pour tout le monde, pour les joueurs, pour les supporters, pour le club, pour le staff ». Frédéric Persoon poursuit en évoquant les supporters présents dans la petite tribune latérale du stade Damette : « Ils nous ont suivis depuis le début, c’est beaucoup de joueurs du club et ça fait plaisir, c’est un engouement, ils sont aussi concernés par cette victoire ». Désormais, cap sur le championnat. En position délicate dans leur poule de Régional 1, les Hazebrouckois auront fort à faire pour renouer avec des résultats à la hauteur de leurs ambitions. Ils retrouveront la coupe ce dimanche 31 octobre et défieront à domicile l’US Esquelbecq (R2).

Hazebrouck et la Coupe

De ces clubs amateurs dont on retrouve ponctuellement le nom dans de belles affiches de coupe, Hazebrouck en est un fier représentant. Depuis sa création, le SCH a atteint à quatre reprises les 32es de finale de la Coupe de France. En 1975 d’abord, les Hazebrouckois, alors en deuxième division, s’étaient hissés pour la première fois à ce stade de la compétition avant d’être éliminés par le LOSC, pensionnaire de D1. Le club réédite la performance en 1982 puis en 1983, mais s’incline successivement face à Chaumont et contre le LOSC. Des souvenirs relativement lointains certes, mais qui tiennent une place de choix dans la riche histoire de ce grand nom du football amateur du Nord. La dernière prouesse nationale des Noirs et Blancs en revanche, est encore fraîche dans les mémoires des locaux. En 2017-2018, alors que le club célébrait ses 110 ans d’existence, l’équipe première avait réalisé un parcours plus qu’honorable en ralliant une nouvelle fois les 32es de finale. Dans leur antre d’Auguste Damette, les Hazebrouckois s’étaient défaits de l’US Quevilly-Rouen, alors en Ligue 2 (2-1), avant de disposer largement de l’AS Beauvais (3-0) au huitième tour.
Ce parcours déjà mémorable est devenu véritablement historique lorsque le SM Caen, pensionnaire de Ligue 1, s’est présenté sur la pelouse du stade Damette. À l’évocation de cette soirée, les habitués du club ont le sourire aux lèvres. Clément Demol, responsable de la communication, décrit des tribunes combles, deux rangs de supporters massés le long des mains courantes, le tout dans l’atmosphère unique de ces chocs inédits dont seule la coupe a le secret. Malgré une défaite frustrante contre les Normands (0-2), cette épopée est sans aucun doute la meilleure performance de l’histoire récente des Hazebrouckois. Et comme souvent, lorsqu’un club amateur fait parler de lui en Coupe de France, ce parcours a été pour le SCH le moyen de mettre une fois de plus en avant les valeurs du sport qui lui sont chères. Si son fonctionnement se professionnalise d’années en années, Hazebrouck demeure avant tout un club familial qui s’appuie tant sur la réussite des seniors que sur le talent des jeunes membres de son école de football.

Crédits photos : Pavel Clauzard / LRI et SC Hazebrouck

Pavel Clauzard & Mathis Beautrais – 29 octobre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :