Yuki, Mick et Nikita. Trois prénoms pour trois jeunes pilotes qui débarquent de Formule 2 et se jettent dans la cour des grands. Les trois se sont côtoyés et parfois battus pour le titre dans l’antichambre de la Formule 1, à tel point de se retrouver tous les trois sur le podium en Belgique, l’année dernière. Présentation de ces jeunes pilotes après la première manche du calendrier.

Mick, sur les traces de Michael

Il est le fils de la légende Michael et accessoirement le champion de Formule 2 en 2020 avec Prema. Mesdames et messieurs, le nom Schumacher revient en Formule 1. Après Michael, c’est Mick qui rejoint les 20 pilotes les plus rapides du monde. Son père avait débuté chez Jordan, son oncle Ralf de même, lui fera ses premiers pas chez Haas.
Au sortir d’une très belle saison 2020 de F2 consolidée par un titre, 2 victoires, 3 meilleurs tours en course et 10 podiums, la question était de savoir où le pilote allemand allait signer. Depuis longtemps au sein de la Ferrari Academy, la rumeur l’annonçait chez une écurie motorisée par la Scuderia. Alfa Romeo ou Haas ? Les paris étaient ouverts. Au Nurburgring, pour l’une de ses premières apparitions dans le paddock de Formule 1, c’est sous les couleurs d’Alfa Romeo qu’il aurait dû faire ses premiers essais libres, si la météo allemande n’avait pas été capricieuse. Le week-end suivant, à Portimao (POR), le vent avait tourné et les médias dont Canal+ l’annonçaient, tout comme son futur coéquipier Nikita Mazepin, chez l’écurie américaine Haas. L’officialisation prendra un peu de temps, mais c’est bien sous les ordres de Günther Steiner que Mick roulera en 2021. Une des raisons de ce transfert, en plus de son titre, était la volonté pour les sponsors allemands de Haas de voir un pilote de même nationalité dans l’écurie.

Les essais hivernaux passés, le premier week-end de course sur ce même tracé de Bahreïn arriva. En qualifications, il se classe 19e mais partira finalement 18e après la pénalité de Vettel. Au drapeau à damiers, Mick termine seizième après être parti en tête-à-queue en début de grand prix et avoir perdu du temps. La marge de progression reste grande, le temps en est encore à la découverte de la monoplace, mais pour lui, dont l’objectif était de terminer la course, c’est chose faite.
On peut imaginer que l’objectif des prochaines courses sera d’aller chercher ses premiers points. Une besogne qui parait bien compliquée au vu des performances de la voiture Haas et des rares entrées dans les points de Grosjean et Magnussen la saison dernière, pourtant très expérimentés. Pour l’héritier Schumacher, ou pour Mick plutôt, ce-dernier voulant tracer son propre chemin, tout reste à prouver.

Yuki, la force japonaise

Il est le seul pilote de la catégorie à être né dans les années 2000 ainsi que le sportif qui fait revenir le Japon en Formule 1, Yuki Tsunoda débarque. Après avoir terminé 3e de Formule 2 en 2020, à un petit point de Callum Ilott, second, le jeune homme a signé chez AlphaTauri. Membre de la Red Bull Academy, il paraissait logique que Tsunoda signe chez l’ancienne écurie Toro Rosso. Une très bonne équipe pour un jeune rookie, qui, en plus de pouvoir apprendre de Pierre, dispose d’une bonne monoplace qui a fait forte impression en ce premier week-end de course bahreïni.
Son bilan en Formule 2 est remarquable : trois victoires pour 4 pôles positions et 3 meilleurs tours pour 7 podiums. Il s’agit d’un pilote battant, tenace, caractériel, qui sait se faire entendre dans la radio quand il le faut, à l’instar de la première séance d’essais libres au Sakhir avec sa nouvelle écurie. Son premier week-end de course a été réussi, mais il aurait pu l’être encore plus si AlphaTauri n’avait pas pris le risque de tenter le passage en Q3 avec les pneus médiums. Un pari trop risqué qui n’a valu le passage en dernière partie des qualifications que de Pierre.

« Yuki, quel est votre objectif pour la course de demain ? », « P1 (rires). Le top 8 serait bien. » Un échange assez révélateur de la détermination du pilote japonais derrière son trait d’humour. Le top 8 est presque là. Ce sera la neuvième place pour Tsunoda, qui engrange les deux premiers points de sa carrière. Il s’est bien battu, avec la manière et avec de beaux dépassements. S’invitant à la bataille avec Alonso, son idole, il réussit à le dépasser à la reprise de la course. Comble de l’histoire, son père, fan incontestable de l’espagnol, avait appris à son fils la manière dont le double champion du monde redémarrait lorsque la Safety Car s’effaçait. Un premier week-end de course de bon augure pour la saison de Yuki Tsunoda, un pilote à surveiller de près.

Quelle saison pour Nikita Mazepin ?

Dernier rookie de la saison et deuxième recrue de Haas, Nikita Mazepin rejoint lui aussi la catégorie reine du sport automobile. Sa saison de Formule 2 s’est soldée par une 5e place au classement général. Avec 2 victoires, 2 meilleurs tours en course et 6 podiums, le Russe aurait pu décrocher un troisième succès en Belgique s’il n’avait pas écopé d’une pénalité pour un dépassement trop dangereux sur Tsunoda, lui cédant ainsi la victoire et écopant dans le même temps de l’étiquette de pilote dangereux de la part de beaucoup de fans. Certains ont même évoqué de l’incompréhension quant à son transfert chez Haas, notamment au sujet de la saison de Callum Ilott qui, lui, avait fini second et s’était battu pour des victoires bien plus souvent que Nikita.
De plus, son transfert a été entaché juste après son officialisation. Pendant une quinzaine de minutes, il était possible de voir sur le compte Instagram du pilote une story où sa main se dirigeait droit vers les seins d’une femme, les deux individus étant dans la même voiture. Pour beaucoup, il s’agit d’un acte impardonnable pour un pilote de Formule 1, et nombreux sont ceux qui se demandaient si Haas allait conserver son rookie pour 2021. La réponse est affirmative et Nikita Mazepin vient de terminer son premier week-end de course en Formule 1.

Lui qui n’a pas pu courir sous licence russe du fait des affaires de dopage, n’a pas non plus fait forte impression dans la nuit de Bahreïn. Beaucoup de têtes à queue dont deux à quelques minutes d’intervalle en Q1, lui coûtant ainsi deux trains de pneus neufs et ruinant la qualification de certains pilotes, du fait du drapeau jaune. S’élançant dernier, sa course s’achève 600 mètres après le départ. Une reprise de gaz trop tôt à la sortie du virage 3 lui coûte la course. Abandon immédiat, l’objectif de Gunther Steiner de voir ses deux pilotes passer sous le drapeau à damiers s’envole dans la foulée. Nikita va devoir faire preuve d’application s’il veut redorer son image, déjà entachée avant son premier week-end de course.

Qui de Tsunoda, Schumacher ou Mazepin terminera le plus haut au classement général ? Avantage au japonais pour le moment. Rendez-vous à Imola pour voir si la tendance s’inverse.

Crédits photos : RMC Sport, Formula 1, Sport Auto et F1 Actu

Solal Pestana – 10 avril

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :