Une semaine après la fin de l’habituelle trêve hivernale, c’est l’ultime journée de la phase aller qui avait lieu samedi soir sous la forme d’un multiplex inédit. Les 10 rencontres se sont donc déroulées simultanément, peu d’équipes se seront véritablement démarquées et bon nombre de supporters ont eu de quoi vivre une soirée haletante. Voici ce qu’il faut retenir.

Le top : Monaco conclue sur une très bonne note

Dans leur antre de Louis II, les Monégasques de Niko Kovac recevaient Angers avec l’ambition de se replacer à mi-parcours comme un prétendant sérieux à l’Europe. Face à des Angevins invités surprise de la première partie de tableau, qui restaient sur deux victoires consécutives contre des poids lourds (Marseille puis Lille), Monaco a rendu une copie presque parfaite en s’imposant largement (3-0). Ragaillardis par le retour de leur portier Benjamin Lecomte, les locaux se sont d’emblée montrés très entreprenants et ont ouvert le score après 30 minutes, par l’intermédiaire de Guillermo Maripan. Kevin Volland a suivi et double la mise, avant de se muer en passeur en fin de match pour Stevan Jovetic. L’allemand, qui totalise 9 buts cette saison, aura été l’artisan majeur d’une victoire obtenue grâce à un réalisme qui n’a penché que d’un côté, en dépit d’une maîtrise du ballon équilibrée (56 % de possession pour Monaco seulement).
Malgré un passage à vide en décembre, l’ASM conclut ce premier acte de la meilleure des manières et s’impose sans tergiverser, en ayant tenté plus du double de tirs que son adversaire du soir. Les hommes de Kovac confirment après leur très belle victoire à Lorient mercredi dernier (2-5) et se replacent au pied du podium. Côté angevin, les coéquipiers d’un Angelo Fulgini cette fois en dessous des attentes stagnent à la 7e place et auraient pu mériter un meilleur terme pour cette première partie d’exercice très aboutie.

Le flop : L’OM tenu en échec

En déplacement à Dijon ce samedi, les Marseillais n’ont pu faire mieux qu’un triste résultat nul et vierge. Alors que les hommes d’André Villas-Boas pensaient pouvoir enchaîner après leur victoire face à Montpellier, ils ont buté contre de valeureux bourguignons et se sont montrés en panne d’inspiration. Tandis que Nemanja Radonijc a buté a trois reprises contre un Anthony Racioppi qui convainc désormais pleinement à Dijon, c’est au poteau que Mama Baldé s’est heurté en première période. Pourtant devant à la possession (59 %) et au nombre de tirs tentés (11 contre 4), Marseille repart frustré par sa maladresse et peine décidément à régulariser ses performances avec une seule victoire sur les cinq dernières rencontres en Ligue 1. Alors que l’arrivée d’un nouvel attaquant axial semble se préciser, difficile d’affirmer s’il suffira d’un offensif supplémentaire pour apporter un vrai déclic à l’avant-garde phocéenne qui ne pointe qu’à la 11e place du classement des attaques.

Le fait marquant : Scénario haletant entre Rennes et Lyon

C’était sans aucun doute le match le plus attendu de ce week-end de championnat. Au Roazhon Park, les Bretons, loin de partir favoris, ont pourtant longtemps pensé pouvoir réaliser l’opération parfaite. En première période, le match a rapidement tourné à l’avantage des locaux et Clément Grenier, très en vue, a pu ouvrir le score dès la 20e minute. Très entreprenants, les hommes de Julien Stéphan ont continué à asseoir leur domination grâce notamment à leur jeune duo formé par Camavinga et Doku, qui a mis en péril les acquis de l’arrière garde lyonnaise. La tendance ne s’est pas inversée au retour des vestiaires : Benjamin Bourigeaud a enfoncé le clou à la 55e minute, pensant mettre les siens dans une position plus qu’optimale. C’était sans compter la réaction d’orgueil d’un Olympique Lyonnais désireux de poursuivre sa série d’invincibilité. Memphis Depay a donc pris ses responsabilités et a d’abord réduit l’écart à un peu plus de 10 minutes du terme. Il s’est ensuite mué en passeur pour adresser un excellent ballon à Jason Denayer, qui s’est joué de Romain Salin pour une égalisation inespérée.
Malgré la domination subie, Rudi Garcia et ses troupes parviennent à ramener un point dans le Rhône, les Gones sont sacrés champions d’automne pour la première fois depuis 2008. De quoi garnir de bons souvenirs les têtes des supporters. Les regrets seront Rennais, néanmoins Julien Stéphan pourra féliciter ses hommes qui confirment match après match leur retour en forme et qui se placent dans le top 5.

Le chiffre : 10

Soit le nombre de matchs consécutifs sans succès pour le FC Nantes. Après le résultat nul obtenu face à Rennes mercredi, le second rendez-vous de Raymond Domenech en tant que coach des Canaris était l’une des attractions du week-end. Malgré quelques éclaircies intéressantes, de nombreuses lacunes tactiques font toujours défaut à ce Nantes tourmenté qui doit au plus vite renouer avec le succès.

La phrase

« Nous sommes satisfaits des efforts de l’équipe, de la façon dont elle s’est battue pour être compétitive. C’était un match difficile, on est satisfait même s’il y a beaucoup de choses à corriger. Mais cela fait partie de notre travail ici. » – Mauricio Pochettino.
Vainqueurs de Brest (3-0), les Parisiens ont signé leur premier succès sous l’ère Pochettino. Au micro de Canal + après le coup de sifflet final, le technicien argentin s’est logiquement dit satisfait de la prestation des siens, malgré la belle opposition du Stade Brestois. Kylian Mbappé a notamment rendu une belle copie, ainsi que Moïse Kean et Mauro Icardi, tous deux buteurs. La prochaine échéance est un rendez-vous de taille puisque les Franciliens disputeront la finale du trophée des champions face au rival marseillais ce mercredi et devront confirmer cette dynamique positive avant de se tourner vers la Ligue des Champions.

Les hommes du week-end

Comme souvent, un Lillois est présent dans cette catégorie, en la personne de Burak Yilmaz, unique buteur du déplacement à Nîmes qui permet aux Dogues de se maintenir sur le podium. Du côté de Reims, l’incontournable Boulaye Dia a également fait parler de lui en inscrivant un doublé lors de la belle victoire des siens face à l’AS Saint-Étienne. Désormais auteur de 12 buts, soit presque la moitié des 27 inscrits par Reims cette saison, l’homme providentiel des Champenois est hautement convoité et pourrait vivre un mois de janvier animé. Enfin, et si l’on peut évoquer la belle performance de Gauthier Larsonneur face à Paris, sans qui l’addition aurait été bien plus lourde, une mention à Rémi Oudin s’impose. Buteur par deux fois face à Lorient, il a grandement contribué à la victoire bordelaise qui replace les hommes de Jean-Louis Gasset à la 10e place.

Crédits photos : ASM Supporters, Ouest France, La Provence, Damien LG – OL, Paris-Saint-Germain et France Bleu

Mathis Beautrais – 13 janvier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :