Alors que l’on s’apprête à nouveau à quitter momentanément le championnat de France pour la trêve internationale, les dix rencontres de ce week-end ont rendu leur verdict et offert bon nombre de scénarios inattendus. Tandis que les poids lourds se sont fait peur, les quelques rencontres de bas de tableau n’ont pas été avares de spectacle et les trois derbies du dimanche auront également été très intéressants à suivre.

Bilan mitigé pour les poids lourds

Vendredi soir en ouverture, Marseille se déplaçait sur la pelouse de Strasbourg avec l’ambition certaine d’en ramener un résultat notable pour se remettre en confiance. C’est chose faite, non sans réussite, par un but tardif de Morgan Sanson qui permet aux Phocéens de repartir avec 3 points et une belle bouffée d’oxygène (1-0). Duel entre européens samedi soir au Parc des Princes, avec un PSG qui a disposé assez facilement de rennais très fébriles (3-0). Moïse Kean et Angel Di Maria sont les buteurs. Seule ombre au tableau, et pas des moindres : les effets de l’enchaînement des matchs depuis juillet se font de plus en plus cruels côté parisien avec les sorties sur blessures de Gueye, Florenzi, Kehrer ainsi que de Kean. Le LOSC, quant à lui, s’est fait surprendre en terre brestoise (3-2) en concédant les trois premiers buts. Burak Yilmaz inscrit un doublé qui redonne espoir, mais Brest maîtrise et se joue des Dogues. Un très bel exploit pour les Bretons qui se hissent à la 13e place.

Dénouements tardifs dans les derbies

Trois rencontres particulièrement notables avaient lieu ce week-end. Le derby le plus attendu de la saison entre Lyon et Saint Étienne semblait aux premiers abords assez déséquilibré. Si les Stéphanois ont d’abord pensé déjouer les pronostics grâce à l’ouverture du score avant la pause, les Lyonnais sont revenus dans la rencontre en seconde période et ont finalement fait respecter la hiérarchie en concluant ce 121e derby par une victoire ô combien importante (2-1). À l’Allianz Riviera de Nice ensuite, Monaco a dominé son rival niçois grâce à Axel Disasi puis à Sofiane Diop. Nice a cru pouvoir revenir dans le match par l’intermédiaire de Pierre Lees-Melou mais les efforts des locaux auront été vains (1-2). Enfin, c’est à Lorient que se tenait l’un des traditionnels derbies bretons. Pauvre en intensité jusqu’au dernier quart d’heure de jeu, l’affrontement entre nantais et lorientais a finalement tourné à l’avantage des Canaris qui ramènent 3 points de ce déplacement, acquis grâce à Ludovic Blas et Kader Bamba, tous deux buteurs ainsi que grâce à un Alban Lafont impérial dans les cages.

Le fait marquant : Angers cartonne

Bien mal en point le week-end passé face à Nice, le SCO a redressé la barre avec la manière aux Costières. Pereira Lage ouvre le score après seulement 40 secondes de jeu, inscrivant ainsi le but le plus rapide cette saison en Ligue 1. Il est suivi d’un doublé de Bahoken aux 23e et 56e minutes. Diony transforme un penalty, Nîmes est au plus mal mais parvient à sauver l’honneur dans les arrêts de jeu grâce à Moussa Koné. Les Ligériens n’auront cependant laissé que des miettes aux Crocos, Cabot parachevant le beau succès des siens à la 94e minute. Fort de cette victoire, Angers remonte à la neuvième place.

La 10e journée en chiffres

Quelques statistiques ont marqué cette nouvelle journée de championnat. Vendredi soir, et comme évoqué auparavant, Marseille a réussi à se jouer de Strasbourg et est par ailleurs toujours invaincu hors de son antre. Ici, c’est à la balance des tirs tentés qu’il faut se référer. Le constat est bien simple : première tentative, premier tir cadré, premier (et unique) but. Coup de chance ou réalisme ? Un peu des deux sûrement, mais rien de très rassurant tout de même, tant ce chiffre témoigne de la peine qu’ont eu les Marseillais à prendre le meilleur sur les Alsaciens en cette fin de semaine.
Ensuite, c’est au résultat de la confrontation entre Lens et Reims que l’on peut s’intéresser. Avec pas moins de 8 buts, le duel a accouché du plus grand nombre de buts depuis le début de la saison. Banza et Sotoca (x 2) sont les buteurs Lensois, tandis que Cafaro et Boulaye Dia (x 2) ont marqué pour Reims. Médina et Foket ont chacun inscrit un but contre leur camp. Pour terminer avec un dernier chiffre, un mot de Montpellier qui n’avait plus enchaîné deux victoires hors de son antre depuis août 2018. Déjà vainqueurs de l’ASSE le week-end dernier, les Héraultais ont cette fois disposé de Bordeaux (0-2) et se replacent en 7e position. Michel Der Zakarian et ses hommes auraient-ils enfin mis un terme à ce fâcheux manque de réussite à l’extérieur ?

La phrase

« Quand je m’assieds devant ma télé pour regarder un match, je n’ai pas envie de m’ennuyer. Et donc, je n’ai pas envie d’ennuyer les autres. » – Olivier Dall’Oglio, entraîneur du SB 29, après Brest-Lille. En conférence d’après-match, les journalistes ont fait face à un technicien brestois logiquement très satisfait, et qui a profité de la performance de ses hommes pour réaffirmer ses principes de jeu. Et pour cause, les Bretons ne ménagent pas leurs efforts cette saison et offrent régulièrement des prestations collectives très séduisantes qui renforcent les ambitions d’un club plutôt modeste. On notera également les prestations individuelles de quelques éléments clés de l’effectif qui se distinguent ponctuellement aux yeux de tout le championnat.

Ils ont marqué le week-end

Au rayon des individualités justement, on distingue cette semaine quatre joueurs qui ont joué un rôle crucial dans les prestations de leurs équipes respectives. Angel Di Maria d’abord a, en l’absence de Neymar, Mbappé et Icardi, pleinement satisfait. Homme de responsabilités, il a en effet inscrit deux des trois buts parisiens face au Stade Rennais et rebondit après sa prestation mitigée contre Leipzig. Un mot pour Romain Perraud ensuite, qui enchaîne les démonstrations cette saison. Le latéral gauche brestois a en effet délivré une superbe passe décisive à Pierre-Gabriel pour l’ouverture du score, avant de se muer en buteur quatre petites minutes plus tard. Il totalise désormais 3 buts et 3 passes décisives depuis le début de la saison.
Le jeune lyonnais Tino Kadewere a également impressionné dans le derby lourd d’enjeu qui attendait lyonnais et stéphanois en clôture. Décisif, il est l’auteur des deux buts victorieux pour l’OL. À 24 ans, il semble enfin en passe d’exploser au haut niveau. Enfin, et puisque l’on évoque Lyon, mention spéciale à l’ancien portier rhodanien Anthony Racioppi qui a réussi à stopper un penalty pour ses grands débuts sous les couleurs de Dijon dimanche.

Une fin de semaine pour le moins animée donc, qui vient suspendre les débats avant la trêve. Désormais, les yeux sont tournés vers l’Équipe de France qui se déplace ce samedi au Portugal. Par la suite, retour du championnat le vendredi 20 novembre avec la dernière ligne droite avant la trêve hivernale et une période de repos bien méritée pour l’ensemble des acteurs.

Crédits photos : L’Internaute, Eurosport, Foot Mercato, But Soccers, Le Télégramme et Le Soir

Mathis Beautrais – 9 novembre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :