Déjà la 6e journée pour la Ligue 1 Uber Eats avant une trêve bien méritée. Des rencontres intéressantes étaient au programme avec le traditionnel Olympico. D’autres auraient pu être passionnantes à suivre en tribunes si les capacités d’accueil n’étaient toujours pas restreintes à l’image de l’opposition entre deux des plus belles ambiances de France, Saint-Étienne et Lens ou encore du derby chaud entre Montpellier et Nîmes.

L’OL n’y arrive pas

Toujours très attendu, l’Olympico était forcément d’un autre goût en cette période Covid. Il pouvait néanmoins permettre à deux équipes ambitieuses mais en difficulté ces dernières journées de retrouver le goût de la victoire. Un match à ne surtout pas perdre. Les olympiques optent d’ailleurs pour une composition offensive avec un 4-3-3. Côté lyonnais, Garcia fait le pari de titulariser Kadewere en pointe. Après une première tentative de Dubois à la 6e, ce sont les Marseillais qui vont prendre le match à leur compte. Au quart d’heure de jeu, Payet est servi par Thauvin d’une passe courte latérale. Le réunionnais contrôle du droit et frappe à ras-de-terre, tentative qui passe au ras du poteau (1-0, 16e). Trois minutes plus tard, le numéro 10 perd ses nerfs et sa vilaine semelle sur Dubois est sanctionnée d’un carton jaune, transformé en rouge après visionnage de la VAR. Le match semble être un cauchemar pour les Marseillais. À la 26e, Alvaro Gonzalez marche sur le pied du jeune Melvin Bard. L’arbitre désigne le point de penalty, transformé par Aouar, alors que Mandanda avait touché le ballon (1-0, 28e). Lyon croit prendre les devants juste avant la pause, néanmoins le but de Kadewere est logiquement refusé pour un hors-jeu. Il va désormais falloir tenir pour les Marseillais.
Au retour des vestiaires, les Lyonnais poussent logiquement par Kadewere (56e) puis Caqueret (58e), en vain. Aouar croit bien délivrer les siens à la 76e mais il est sanctionné d’une faute. Le poteau de Thiago Mendes (79e), les tentatives d’Aouar (84e) et Depay (90+4e) n’y changeront rien. L’OM sauve un point précieux et inespéré vu les circonstances. Le club phocéen aurait même pu réaliser le coup parfait si Guimaraes n’avait pas sauvé son camp, sur un centre de Radonjic à la 72e. Incapables de s’imposer à 11 contre 10, les Gones sont inquiétants. Cependant, la dynamique des deux olympiques n’est guère rassurante : Lyonnais comme Marseillais n’ont après ce match pris que 3 points sur les 4 dernières journées de Ligue 1. Indigne pour des clubs d’envergure européenne. Il faudra vite redresser la barre pour ne pas, déjà, voir des concurrents comme Rennes ou Lille s’envoler.

Paris est bien de retour

Après un début de saison hésitant, les Parisiens s’étaient donné de l’air avec trois succès d’affilée, le premier laborieux face à Metz, les deux autres plus convaincants sur les pelouses de Nice puis Reims. Il restait à confirmer ce retour au haut-niveau. En face, Angers avait pourtant des motifs d’espoir puisque seulement séparé de son adversaire du jour à la différence de buts. Le match est pourtant à sens unique. Dès la 7e, la dernière recrue qu’est Florenzi hérite du ballon à la suite d’une passe mal repoussée de Draxler (7e, 1-0). L’arrière droit place une frappe croisée imparable pour Bernardoni. Bahoken est ensuite proche d’égaliser à deux reprises mais Navas veille au grain devant l’international camerounais (13e, 28e). Néanmoins, Neymar double finalement la mise à 10 minutes de la pause après une belle combinaison avec Mbappé (2-0, 36e). La star brésilienne offre une minute plus tard une sublime ouverture dans l’axe à Florenzi dont la tête est captée par Bernardoni. Mbappé y va ensuite de son but… Finalement, il est refusé pour hors-jeu.
Dès le retour des vestiaires, Neymar trouve le chemin des filets pour la deuxième fois après une nouvelle combinaison avec Florenzi et une frappe déviée par Traoré (3-0,47e). Angers n’abdique cependant pas et réduit la marque par l’intermédiaire de Traoré, pourtant malheureux auparavant (53e, 3-1). La minute suivant la réduction du score est sans doute le tournant du match. Angers a l’occasion de revenir à un but. Sur un contre, le prometteur latéral Aït Nouri (NDLR : qui a depuis été prêté à Wolverhampton) mystifie les Parisiens d’une belle roulette mais sa passe à destination de Bahoken est finalement interceptée. Les Angevins ont laissé passer leur chance. Dès lors, le PSG déroule. Les buts respectifs de Draxler (57e, 4-1), Gueye (71e, 5-1) et Mbappé (84e, 6-1) donnent un peu plus d’ampleur à une victoire acquise. Avec ce score de tennis, ils font en revanche un joli clin d’œil à Roland-Garros, quelques kilomètres plus loin. Le club de la Capitale semble définitivement lancé et l’intégration rapide du polyvalent Florenzi peut être une donnée importante sur la confiance du groupe. Tout cela sera à confirmer lors du début de la Coupe aux Grandes Oreilles, véritable objectif pour l’armada parisienne.

Séduisant, Lens confirme son début de saison

C’était la curiosité de cette journée. Outre deux équipes en grande forme, le public avait hâte de revoir les Verts affronter les Sang et Or, après le retour en Ligue 1 de ces derniers. L’ambiance aurait été exceptionnelle dans les tribunes si le Covid n’avait pas été de la partie. Saint-Etienne engage mais concède très rapidement un penalty après une faute de Kolodziejczak sur Ganago qui lui vaut un carton rouge. Seule ombre au tableau côté lensois : cette faute entraîne la blessure de sa nouvelle gâchette, si performante depuis le début de la saison. Kakuta le transforme (1-0, 15e). Sur un coup-franc du même Kakuta, Medina croit mettre à l’abri les siens mais son but est refusé pour un hors-jeu. La mission est compliquée pour les stéphanois, elle va rapidement devenir impossible. À la 65e, Khazri maitrise mal son tacle et se retrouve à son tour exclu. Le club forézien va terminer la rencontre à 9.
Tout est encore plus simple pour les artésiens qui vont faire le break tardivement par Sotoca, son premier but en Ligue 1, après un bon corner de Mauricio (2-0, 81e). Un début de saison quasi-parfait avec 10 points en 4 matchs qui cause du tort aux Verts, ces derniers semblant accuser légèrement le coup avec un deuxième revers d’affilée. La victoire lensoise a évidemment été facilitée par les exclusions côté stéphanois. Il n’empêche, les protégés de Franck Haise montent sur le podium et enchaînent un troisième succès de suite dans leur antre de Bollaert. Les recrues sont toutes au niveau en attendant le retour en forme de Seko Fofana, tête d’affiche du mercato lensois. Les ambitions de maintien pourraient être revues à la hausse au vu des promesses affichées en ce début de championnat.

En bref : Rennes cale à domicile face à Reims (2-2) et se retrouve rejoint par Lille qui s’impose tranquillement à Strasbourg trois buts à zéro. Nîmes gagne à Montpellier en résistant à la meilleure attaque du championnat (0-1), tandis que Nice bat Nantes qui a été réduit à 10 d’entrée, 2 à 1. Hermétique, Brest surprend Monaco (1-0), un hat-trick de Niane permet à Metz de battre Lorient 3 buts à 1 alors que Dijon sombre à Bordeaux (3-0), ces derniers qui rentrent dans la première partie du classement.

Crédits photos : RMC Sport, But! Football Club, Le Parisien et So Foot

Mathias de Vernejoul – 6 octobre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :