Alors que la saison sportive est en stand-by en France, les sportives et sportifs trouvent le temps long et les objectifs préparés sont mis de côté. C’est le cas notamment de Clara Copponi, jeune cycliste du FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope et pistarde de l’équipe de France que nous vous présentons aujourd’hui.

Portrait

Nom : Copponi

Prénom : Clara

Âge : 21 ans

Région : Provence-Alpes-Côtes d’Azur

Débuts au cyclisme : 4 ans

Podium(s) : 21 (piste et route compris)

Victoire(s) : 10 (piste et route compris)

Équipe actuelle : FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope

Spécialité : Cyclisme sur piste

Pour compléter cette présentation, place à l’interview de Clara qui revient pour nous sur sa période de confinement, le Tour de France féminin et ses mondiaux entre autres

Si tu devais te décrire en 3 adjectifs…

Clara : Franche, déterminée et hargneuse.

Quelle est ta plus belle victoire ou performance et en quoi est-elle spéciale à tes yeux ?

Clara : Ma 2e place aux championnats du monde de madison car elle est spéciale et a confirmé nos beaux résultats constants, le tout sur une année olympique.

Depuis quand fais-tu du vélo et qu’est-ce que ce sport te procure ?

Clara : Je fais du vélo depuis l’âge de 4 ans en compétition donc depuis 16 ans. Cela me procure une grande liberté mais c’est également un bon moyen de me défouler et depuis août c’est mon métier, donc c’est une sérénité.

2 (Eurosport)

Comment arrives-tu à t’entraîner pendant cette période assez spéciale de confinement et que privilégies-tu comme travail ?

Clara : C’est vraiment une période compliquée, je fais beaucoup de home traîner mais surtout en endurance. Je fais également beaucoup de PPG (Préparation physique générale) et j’ai récemment reçu tous mes accessoires pour reprendre de la vraie musculation. J’ai aménagé mon garage où mon home trainer est connecté et mon rouleau et mes accessoires de musculations sont disposés pour m’entraîner au maximum comme avant mais à la maison !

ASO, l’organisateur du Tour de France, a récemment évoqué l’idée d’organiser une Grande Boucle féminine, que penses-tu de cette démarche ?

Clara : Cette idée est géniale ! Aujourd’hui, le cyclisme féminin évolue et nous avons quasiment toutes les mêmes courses que les hommes. Mais il nous manque encore les grands tours, par conséquent instaurer le Tour de France serait une énorme satisfaction pour toutes les coureuses mais aussi pour les équipes et les sponsors qui nous suivent. Cela ferait évoluer encore plus notre sport !

3 (FDJ-Nouvelle Aquitaine)

« Il nous manque encore les grands tours »

Tu as été vice-championne du monde de l’américaine en février, es-tu satisfaite de ton début de saison ?

Clara : Satisfaite même si j’ai eu une contre-performance dans ma spécialité individuelle. Mais entre ma seconde place en madison et notre qualification aux Jeux Olympiques, ce début/fin de saison est complètement réussi.

Avec cette pandémie, les JO ont été décalés à 2021. Comment cela réorganise ta préparation ?

Clara : J’attends encore de savoir quand est ce que les courses vont reprendre pour refaire un calendrier avec mon coach et mon équipe. Ça n’empêche pas que je continue de m’entraîner avec toujours en objectif cet événement, car cette période nous servira surtout mentalement.

4 (L'Equipe)

As-tu modèle dans le vélo et si oui, que t’inspire-t-il ?

Clara : Ce n’est pas vraiment un modèle mais Kristina Vogel m’inspire beaucoup surtout depuis son accident, sa force de caractère est incroyable et c’est une femme forte.

Quel est ton plus grand rêve et pourquoi ?

Clara : Mon plus grand rêve est d’être médaillée olympique, c’est vraiment mon rêve depuis petite et avec cette sélection pour les prochains jeux, j’espère vraiment le réaliser !

Peux-tu nous raconter une anecdote pour clôturer cette interview ?

Clara : Je ne m’en rappelais plus mais on en a reparlé récemment avec Laurie Berthon (ancienne pistarde) lors d’une course sur piste qui s’appelle les 2 Jours d’Eybens. Il pleuvait donc les courses ont été annulées, j’étais jeune et avait 7 ans de moins qu’elle, elle en avait 20 et moi 13. On était à table et je faisais la tête, on m’a demandé pourquoi et j’ai répondu « je suis dégoûtée de ne pas courir, je voulais la battre. » Laurie était déjà en équipe de France et la meilleure française du moment, aujourd’hui c’est l’une de mes meilleures amies et nous avons vécu beaucoup de choses ensemble. Elle a stoppé sa carrière l’année dernière et je lui rends hommage à travers cette anecdote !

Merci Clara pour cet entretien et le temps consacré, bonne continuation à toi !

Crédits photos : SlySly Sport, Eurosport, FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope et L’Equipe

 

Matthias Larmet – 9 mai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :