Nous arrivons dans une période importante de la saison, les prétendants au titre se détachent et la course à l’Europe passionne mais en cette 25e journée de Ligue 1, la lutte du bas de tableau semble avoir ciblée ses combattants. La Ligue 2 se rapproche pour le TFC mais également pour Amiens tandis que Dijon et Nîmes sont en route vers le maintien, les principaux faits en résumé !

La Ligue 2 se rapproche pour Toulouse

2 (Actu)

Score : 0-2.
La pression est lourde sur les épaules du TFC avant de recevoir l’OGC Nice au Stadium. Lanterne rouge avec seulement 13 points, Toulouse n’a plus gagné en Ligue 1 depuis le 19 octobre et reste sur 14 défaites et un match nul. Pire équipe à domicile, les Violets de Denis Zanko démarrent en 4-1-4-1 avec ses cadres Baptiste Reynet, William Vainqueur ou encore Mathieu Dossevi. L’attaque toulousaine est en manque de confiance et n’a plus marqué depuis le 11 janvier (défaite 2-5 contre Brest). Chez les Aiglons, les résultats sont en dents de scie et ils se sont récemment inclinés face à Nîmes à domicile. Onzième, Nice a encore l’opportunité d’accrocher l’Europe en fin de saison et pour cela, une victoire chez la lanterne rouge est impérative alors que les niçois sont 10e à l’extérieur. En revanche, des absences importantes sont à signaler avec Youcef Atal, Hicham Boudaoui, Dante ou encore Wylan Cyprien qui ne sont pas du voyage en Haute-Garonne. Patrick Vieira compte fortement sur Adam Ounas, Kasper Dolberg et Alexis Claude-Maurice titulaires d’entrée. Au match aller, les Maralpins l’avaient emporté 3 buts à 0 !
Comme souvent dernièrement, Toulouse démarre bien son entame de match et Mathieu Dossevi rate une occasion immanquable au deuxième poteau. Les toulousains sont cueillis à froid lorsque Pierre Lees-Melou, lancé par Adam Ounas, trompe Baptiste Reynet pour ouvrir le score. Suite à ce but, le Téfécé perd ses nerfs et Ruben Gabrielsen voit rouge pour avoir stoppé irrégulièrement une action de but en tant que dernier défenseur. À 10 contre 11, les affaires sont déjà très difficiles pour les joueurs de Denis Zanko mais ils arrivent à tenir ce score de 1 à 0 jusqu’à la mi-temps.
La seconde période débute par une offensive toulousaine menée par Steven Moreira, le latéral décale Aaron Leya Iseka qui passe à deux doigts d’égaliser. Mais les vieux démons réapparaissent dans la tête des hauts-garonnais et cette fois-ci, c’est Moreira qui est exclu après un geste très dangereux sur Adam Ounas. À 9, le TFC se montre plus pressant et profite d’un OGC Nice fébrile et peu inspiré pour se créer deux grosses occasions. Tout d’abord, Christophe Hérelle se sacrifie et contre la frappe de Max-Alain Gradel, puis l’ivoirien est déséquilibré dans la surface et obtient un penalty très important. Ce dernier est frappé par Leya Iseka qui voit Benitez se détendre de tout son long pour sauver les siens. Dans la foulée, Nice fait le break et Christophe Hérelle, attaquant pour le contre, reçoit un caviar de Dolberg et bat Reynet du pied droit. Toulouse peut nourrir quelques regrets car les niçois n’ont pas été si bons que ça lors de ce match mais le TFC s’est montré très indiscipliné pour espérer accrocher un résultat. De plus, les Violets ont un calendrier compliqué, ils affronteront Lille le week-end prochain avant de recevoir Rennes. Pour Nice, la réception de Brest sera importante pour enchaîner sur une bonne dynamique.

Des Verts à retardement

FBL-FRA-LIGUE1-SAINT-ETIENNE-MONTPELLIER

Score : 3-2.
Sous une tempête dévastatrice, le Stade Brestois reçoit l’AS Saint-Etienne au stade Francis-le-Blé. En 13e position, le SB 29 alterne le bon et le moins bon ces dernières semaines restant notamment sur 3 matchs sans victoires dont deux nuls face à Bordeaux et Rennes. Néanmoins, les bretons carburent à domicile avec 5 victoires, 6 nuls pour une petite défaite. Afin de surfer sur cet allant positif, Olivier Dall’Oglio remet en place le onze qui a accroché le nul à Rennes, seul Yohann Court est remplacé par Samuel Grandsir. Chez les Verts, la forme est inquiétante en Ligue 1 avec 3 défaites consécutives, le seul point positif reste la victoire dans la semaine en Coupe de France sur la pelouse d’Epinal (1-2). Claude Puel décide d’aligner un 4-3-3 tout en plaçant son capitaine Loïc Perrin sur le banc, Charles Abi démarre en attaque avec Ryad Boudebouz et Denis Bouanga. Lors du match aller, les deux équipes s’étaient neutralisées (1-1).
Les brestois démarrent en fanfare, les stéphanois sont en difficulté dès le coup d’envoi et la domination des rouges et blancs va se conclure par l’ouverture du score de Paul Lasne à la 20e minute. Sur le côté gauche, Samuel Grandsir centre au deuxième poteau pour celui-ci qui conclut d’une reprise de volée croisée. Sur sa lancée, Brest continue de pousser et toujours sur le côté gauche, c’est Perraud cette fois-ci qui centre en direction de Gaëtan Charbonnier, le buteur marque d’une belle aile de pigeon. 5 minutes plus tard, Yann M’Vila perd le ballon dans l’axe, Cardone s’empare du cuir et résiste à Saliba pour trouver le fond des filets stéphanois. À la pause, les Verts sont menés 3 buts à 0 par une équipe brestoise appliquée et efficace.
Saint-Etienne décide de prendre le contrôle du ballon en seconde période et dès le retour des vestiaires, Denis Bouanga trompe Gautier Larsonneur mais le gabonais est signalé en position de hors-jeu. Sur l’action suivante, Chardonnet dévie de la main une frappe de Ryad Boudebouz. Le point de penalty est signalé par l’arbitre central et Denis Bouanga réduit l’écart à 3-1 en prenant Larsonneur à contrepied, le gabonais se montre une nouvelle fois dangereux mais bute sur le portier brestois. Les Verts sont totalement métamorphosés, Yohan Cabaye sert Loïs Diony qui croise du droit une frappe puissante et permet à l’ASSE de revenir à une réalisation de leur adversaire du jour. Ils tentent le tout pour le tout mais la défense bretonne tient bon, le Stade Brestois l’emporte au terme d’une rencontre où les deux équipes auront dominé leur mi-temps. Avec une 4e défaite de rang, les Verts voient rouge et la zone dangereuse se rapprocher avant de recevoir Reims, Brest se rassure et renoue avec la victoire, les brestois iront à Nice lors de la prochaine journée.

Amiens tient son duo infernal

4 (France Football)

Amiens était tout proche de réussir un exploit mémorable en tenant tête à un PSG complètement dépassé. Cette performance, les amiénois la doivent à leur duo d’attaque Sehrou Guirassy et Gaël Kakuta. Les deux attaquants ont humilié une défense parisienne aux abois et ont permis à leurs supporters de vivre une soirée inoubliable.
Tout a commencé à la 5e minute, Kakuta est au départ et trouve Guirassy dans le dos de Thiago Silva, le franco-guinéen ouvre le score d’une frappe sèche qui passe entre les jambes de Navas. Le buteur est tout proche du doublé mais sa frappe du pied droit est détournée par le portier costaricien. Puis arrive le bijou de cette journée, Diabaté sert Kakuta bien aidé par la feinte de Guirassy, l’ancien du Vallecano enclenche un missile du gauche qui se loge dans la lucarne opposée des parisiens. Le public acclame sa star et Amiens mène 3 buts à 1 à la pause avec une nouvelle réalisation de Diabaté avant la réduction de l’écart d’Herrera pour Paris. Néanmoins, la deuxième période est cauchemardesque pour les hommes de Lukas Elsner.
Le PSG réalise une remontée fantastique menée par son jeune défenseur Tanguy Kouassi qui s’offre un doublé. Mauro Icardi permet même aux parisiens de prendre l’avantage et à ce moment-là du match, les espoirs sont envolés pour Amiens mais c’était sans compter la hargne de Guirassy qui, sur un centre de Cornette, propulse le ballon au fond des filets dans le temps additionnel. Il permet à son équipe d’arracher un nul ô combien important pour le maintien. En effet, Amiens est 19e à 5 points du barragiste et un résultat comme celui-ci pourrait leur donner confiance pour la fin du championnat, surtout si son duo Guirassy-Kakuta se lâche comme face au PSG !

En bref : Dans les autres résultats du week-end, Monaco l’emporte face à Montpellier grâce à Slimani (1-0) et Paris est méconnaissable à Amiens avec un match nul incroyable 4 buts partout. 4e défaite consécutive pour Angers à Nîmes 1 à 0, Bordeaux est accroché par Dijon (2-2) et Metz tient le point du nul à Nantes 0 à 0. Par la suite, Lyon n’a pas réussi à faire la différence face à des strasbourgeois en forme (1-1), Reims bat Rennes sur la plus petite des marges 1 but à 0 et Marseille renverse le LOSC 2 buts à 1. La prochaine journée verra Paris recevoir Bordeaux alors que la lutte pour le maintien risque d’être encore chamboulée !

Crédits photos : La Dépêche, Actu, France.tvsport et France Football

 

Lenny Lussot – 17 février

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :