Au programme du week-end dernier, une 22e journée attrayante avec de nombreux cartons et de buts ont été inscrits, en outre les démonstrations de Paris, Reims et Dijon. N’oublions pas également la lutte pour le maintien qui est toujours aussi passionnante, voici les temps-forts qui étaient à ne pas rater !

Festival offensif au Parc des Princes

2 (Sénégal 7)

Score : 5-0.
Le Parc des Princes est l’antre d’une grosse affiche du championnat de Ligue 1 entre Paris et Montpellier. Leader, le PSG file vers un triplé national et n’a plus perdu depuis le 1er novembre 2019 (2-1 à Dijon). En effet, les parisiens joueront en finale de la Coupe de la Ligue face à Lyon et sont qualifiés pour les ¼ de finale de la Coupe de France tout en totalisant 13 points d’avance sur son dauphin. Afin de poursuivre sur sa série, Thomas Tuchel met en place une défense centrale composée de Kurzawa et Meunier sur les côtés puis Kouassi et le capitaine Kimpembe dans l’axe. Neymar, Mbappé et Di Maria sont également titulaires devant en compagnie de Sarabia, à l’instar des deux attaquants sud-américains Icardi et Cavani. Quant à eux, les montpelliérains sont toujours dans la course au podium en 4e position et restent sur 3 victoires de rang en championnat. Néanmoins, les héraultais sont sortis le week-end dernier en Coupe de France après une défaite aux tirs au but face à Belfort (N2). Geronimo Rulli est l’absent du jour dans les buts du MHSC, Bertaud le remplace alors que Delort et Laborde sont alignés à la pointe d’un 3-4-1-2 offensif.
Paris démarre fort et pense ouvrir le score dès la 5e minute de jeu, Neymar passe le cuir à Mbappé qui centre en retrait pour Sarabia, mais l’international français est signalé en position de hors-jeu et le but est logiquement refusé. En revanche, la prochaine occasion est la bonne pour Sarabia qui profite d’un mauvais renvoi pour lober le portier adverse. Par la suite, Bertaud ne va pas arranger les affaires de son équipe puisqu’il touche le ballon de la main après une sortie non-maîtrisé en dehors de la surface, carton rouge évident pour le français qui laisse ses partenaires à 10. Neymar se charge du coup-franc qui passe de peu sur la droite du gardien remplaçant Carvalho, le portier héraultais démarre bien son match puisqu’il repousse une belle tentative de Kylian Mbappé. Mais l’efficacité chirurgicale des parisiens va reprendre le dessus en fin de première période, tout d’abord c’est Di Maria qui conclut un superbe enchaînement avec Sarabia d’un petit lob astucieux. Ensuite sur un corner de Neymar, Savanier manque son dégagement qui vient frapper le visage de son partenaire Congré, le ballon surprend le gardien montpelliérain qui ne peut rien faire. C’est donc sur ce score de 3 buts à 0 que les deux équipes regagnent le vestiaire.
Cette deuxième mi-temps s’annonce compliquée pour des héraultais à 10, surtout que les joueurs de la capitale semblent déchaînés. Carvalho s’impose face à Neymar puis Mbappé voit son piqué heurter le poteau. L’international français va tout de même s’offrir le luxe de marquer le 4e but parisien lancé par Neymar, il élimine le gardien du MHSC pour pousser le ballon dans le but vide, à noter que le brésilien a distillé ses 6 passes décisives de la saison à Kylian Mbappé. La première grosse occasion de Montpellier intervient à l’heure de jeu lorsque Delort tente sa chance des 20 mètres mais sa frappe n’est pas cadrée. Le 5e but parisien ne tarde pas, Layvin Kurzawa reprend de volée un centre mal dégagé par Carvalho et inscrit son 1er but de la saison. La fin de match est longue pour les montpelliérains, Neymar manque de peu le cadre puis Icardi touche la barre transversale. De plus, son jeune milieu de terrain Joris Chotard entré à la 64e va recevoir le deuxième carton rouge de son équipe suite à un geste mal maîtrisé sur Kimpembe. En fin de rencontre, le Matador uruguayen inscrit un but de la tête mais il est signalé en position illicite. Le score en reste là, Paris s’impose 5 à 0 avant d’aller à Nantes et de recevoir Lyon, tandis que Montpellier devra réagir face à Metz et Saint-Etienne.

Angers paie son gros début de saison

3 (Ouest France)

Score : 1-4.
Un match du ventre mou entre Angers et Reims prend place au stade Raymond Kopa. D’un côté, le SCO est 9e et a obtenu un bon nul à Marseille (0-0) avant de s’incliner à domicile 5 buts à 4 en Coupe de France face à Rennes. Désormais éliminés de toute compétition nationale, les angevins vont pouvoir se concentrer sur le championnat en essayant d’aller obtenir la meilleure place possible. Stéphane Moulin instaure un 4-1-4-1 pour ce match avec Alioui devant, Thioub et Pereira Lage prennent les côtés du milieu. Dans le camp adverse, Reims est en difficulté en ce début d’année 2020 avec toujours aucune victoire. Défait dernièrement à domicile face à Metz (0-1), Reims doit se remettre en marche afin de grappiller les points nécessaires au maintien. En cette occasion, David Guion donne sa confiance à la jeunesse en titularisant Touré, Mbuku et Cassama aux côtés des expérimentés Romao et Abdelhamid. En cas de succès, les rémois passeraient devant leur adversaire du soir.
Le début de match est en faveur des Scoïstes, Angelo Fulgini décide de frapper à l’entrée de la surface, sa tentative est contrée mais Rachid Alioui suit parfaitement l’action pour pousser le ballon au fond des filets. L’ancien nîmois est très percutant et proche du doublé lorsque sa frappe frôle le montant de Rajkovic. En-dedans, les rémois s’en remettent à leurs jeunes, Mbuku voit sa tête passer au-dessus du but de Butelle. Mais la fougue des minots va payer, la frappe de Touré est contrée du bras par Capelle et le point de penalty est alors désigné. Le jeune attaquant prend ses responsabilités et trompe Butelle pour égaliser à 1 partout. En fin de première mi-temps, Alioui décroise trop sa tête qui passe au-dessus des buts rémois, les deux équipes rentrent au vestiaire avec ce score de parité.
En seconde période, les angevins sont méconnaissables ne réussissant plus à attaquer, leurs adversaires sentent qu’il y a un coup à faire et continuent de pousser. Leurs efforts vont porter leurs fruits sur coup de pied-arrêté. Tout d’abord sur un corner de Cassama, Yunis Abdelhamid, libre de tout marquage ajuste Butelle d’une tête piquée. Ensuite, Cassama frappe un coup-franc excentré que Santamaria dévie de la tête qui surprend son propre gardien, Reims mène 3 buts à 1. Sur l’engagement, Boulaye Dia entré en jeu quelques minutes plus tôt, hérite du ballon et part à l’attaque pour aller au bout de son action et battre Butelle pour la 4e fois de la soirée. L’addition devient lourde pour des angevins sans ressources et amenuisés physiquement. La fin de match est gérée par les champenois qui s’imposent pour la première fois en 2020, ils recevront Nice lors de la prochaine journée. De l’autre côté, un SCO « fatigué » tentera de ramener un résultat à Monaco avant de recevoir Lille.

Un Mama Baldé décisif pour se relancer

4 (Le Républicain Lorrain)

Encore barragistes il y a de ça plus d’un mois, les dijonnais semblent aller beaucoup mieux. Et ce week-end, ils recevaient le Stade Brestois pour se relancer après une défaite cruelle à Montpellier la semaine dernière (2-1). Disposés en 4-2-3-1, les bourguignons démarraient leur rencontre de la meilleure des manières. Sur un centre de Chafik, l’homme en forme qu’est Mama Baldé vient placer une tête imparable pour ouvrir le score. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour venir inscrire un second but sur une nouvelle offrande de Chafik, le guinéen vient écœurer des brestois dépassés !
L’ailier dijonnais est inarrêtable dans ce match et proche du triplé mais bute sur Larsonneur, en début de seconde période le guinéen dévisse sa tentative qui passe largement au-dessus des buts brestois. Grâce à son ailier, Dijon retrouve la victoire (3-0) et se permet de prendre 5 points d’avance sur la zone rouge. L’homme du match Mama Baldé comptabilise 5 buts cette saison dont 4 lors des quatre dernières journées ! Avec un tel niveau de jeu, le DFCO peut espérer se maintenir plus vite que prévu et pourra compter sur son homme du moment, Mama Baldé !

En bref : Petit point sur les autres résultats avec la victoire folle de Rennes 3 à 2 dans le derby face à Nantes, les rennais ont inscrit 2 buts dans le temps additionnel pour l’emporter. Dijon domine Brest (3-0), Lille renverse Strasbourg sur le score de 2 buts à 1 puis Nîmes bat un Monaco indiscipliné 3 à 1. Dans la lutte pour le maintien, Amiens et Toulouse se neutralisent (0-0) alors que Nice prend sa revanche sur l’OL 2 à 1. Metz enchaîne face à Saint-Etienne avec une démonstration 3 buts à 1 alors que Bordeaux et Marseille n’ont pas réussi à se départager (0-0). La 23e journée se déroulera en milieu de semaine et démarrera avec un Lille-Rennes alléchant, dans la lutte pour le maintien Nîmes recevra Dijon avec l’objectif de l’emporter pour les deux équipes.

Crédits photos : Le Parisien, Sénégal 7, Ouest France et Le Républicain Lorrain

 

Lenny Lussot – 3 février

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :